Si c'est votre première visite, avez vous pensé à lire à vos enfants le Prologue ?

 

 

 

corentin_bulle_droits_prot_g_sS’il y a un moment de la journée que Corentin préfère à tout autre, c’est bien celui du bain. Chaque jour à la même heure, quand il commence à faire nuit, Maman vient chercher le petit bonhomme : « au bain, Corentin, au bain ! ». L’enfant laisse alors ses jouets et, dans un grand éclat de rire, tend ses petits bras à Maman. Parfois, le bambin n’a pas envie d’arrêter de jouer quand vient l’heure de se laver. Il gigote alors comme un petit vers dans les bras de Maman mais à la vue de la baignoire, ses petits cubes sont vite oubliés.

 

Séraphin, comme tous les anges, n’a pas besoin de se laver. Quoiqu’il fasse, il est toujours propre, ses ailes sont toujours plus blanches que la neige et plus brillantes que le soleil. Il y a bien quelques poussières qui s’y accrochent parfois, mais elle retombent aussitôt. Rien, vraiment rien, ne peut ternir durablement ces petits êtres de lumière. L’angelot a fait cette fabuleuse découverte le jour où il a atterri dans une flaque de boue en suivant Corentin. Ce jour là, Maman a été très fâchée à la vue de son bébé tout dégoulinant dans le jardin ! Séraphin aussi avait bien quelques tâches, mais il a suffi que l’Archange Gabriel souffle dessus pour que son corps et ses ailes retrouvent leur blancheur et leur brillance.

 

Ce soir n’est pas un soir comme les autres. Ce matin, Maman a expliqué à Corentin qu’une gentille jeune fille, Amélie, allait venir lui donner son bain et le faire dîner. « Nous allons au Théâtre avec Papa, tu seras bien sage n’est ce pas ? Quand nous rentrerons, je viendrai te faire un câlin ; tu ne le sauras pas car tu dormiras, mais c’est promis, je viendrai ».  Corentin est bien un peu triste de voir Maman partir mais il aime beaucoup Amélie ; elle a toujours de belles histoires à lui raconter au moment du coucher mais surtout, elle invente des jeux formidables quand il prend son bain.

 

Quand Corentin est dans la baignoire, ce que Séraphin préfère c’est jouer avec les bulles de savon. Comme il est plus léger que la plus légère des plumes, plus léger même que l’air, il s’amuse à se percher sur les bulles qui se forment à la surface de l’eau du bain du petit bonhomme. Un jour, l’angelot, qui a le pouvoir de rétrécir pour devenir aussi petit qu’un grain de sable, est même parvenu à entrer à l’intérieur d’une bulle. Il y est resté jusqu’à ce que Corentin souffle dessus et la fasse éclater.  Le bambin aurait bien ri s’il avait pu voir la tête dépitée du petit ange ainsi privé de son jeu. Mais Corentin ignore qu’il n’est pas seul dans son bain !

  

Il s’amuse beaucoup ce soir. Amélie lui a apporté une paille avec laquelle elle fait des glou glou glou glou et des pschhhhhhhhh pschhhhhhhhhhhh pshhhhhhhhh pshhhhhhhhhhh en soufflant dans l’eau du bain. Le bambin ne se lasse pas de ces petits bruits amusants, il rit aux éclats et tape de joie dans ses petites mains. Séraphin n’est pas bien loin. Perché sur le robinet d’eau chaude, le petit ange se réjouit de voir Corentin aussi heureux. Tout à coup, la sonnette de la maison retentit. Amélie pose la paille sur une tablette un peu en hauteur ; elle doit laisser Corentin quelques secondes pour aller ouvrir la porte. C’est papa et maman qui reviennent ; ils ont oublié toutes leurs clés sur la commode de l’entrée.

 

Le bambin est un petit coquin. Il a bien remarqué l’endroit où la jeune fille a posé la paille qui l’amuse tant. Il reste un instant assis à la contempler mais vite l’envie est trop forte. « Elle fait de si jolis bruits cette chose », pense-t-il ; « je vais essayer moi aussi, mais comment l’attraper ? ». Le petit garçon a beau tendre le bras, il est encore trop petit pour atteindre la tablette. Il se lève alors mais comme il ne tient pas encore bien debout, il vacille, tente de s’agripper au carrelage et retombe assis dans un grand plouf !

 

Séraphin est à présent perché sur le rebord du rideau de douche. C’est un poste d’observation idéal pour surveiller Corentin. Amélie n’est pas encore revenue. Il y a un problème avec la porte de la maison, une clé est coincée à l’intérieur et elle ne peut pas ouvrir aux parents du bambin. La jeune fille est inquiète, les minutes passent, l’enfant est seul dans son bain et cette porte qui est bloquée…

 

« C’est trop fort, je vais y arriver » se dit Corentin. Il se lève une nouvelle fois, tend le bras et esquisse un pas en avant… Tout à coup Séraphin voit que le petit pied va se poser sur un morceau de savon. Comme tous les anges, Séraphin peut voir ce qu’il va se passer dans l’avenir avec quelques minutes d’avance. Il a donc compris que le pied de Corentin va déraper sur le savon et que l’enfant va se cogner la tête et retomber dans l’eau tout étourdi. Il sait donc que le danger est très grand et qu’il lui faut agir vite.

 

Le temps est comme suspendu entre deux instants. L’angelot réfléchit très vite. Il entend la voix de Papa et Maman dans le couloir ; Amélie a réussi à leur ouvrir la porte. Leurs pas résonnent dans la maison, ils approchent mais Séraphin sait que s’il n’intervient pas, dans une fraction de seconde il sera trop tard.

 

Le petit ange frissonne, il a peur. Il ferme les yeux pour se concentrer. Ses ailes battent l’air encore et encore ; il secoue la tête à droite, puis à gauche, et à nouveau à droite et encore à gauche, de plus en plus fort, de plus en plus rapidement : « ce n’est pas possible, il faut que je trouve comment faire, Mon Dieu aidez-moi ! ».  Les ailes de l’ange battent tellement qu’il se créé comme une sorte de tourbillon qui vient heurter la tablette, la casser provoquant ainsi la chute de la paille dans la baignoire. Comme Séraphin ne maîtrise pas encore ce nouveau pouvoir, il éclabousse toute la salle de bain.

 

Corentin, voyant l’objet de sa convoitise ainsi à sa portée, se rassied bien tranquillement dans la baignoire avec un grand sourire aux lèvres. Quand Papa, Maman et Amélie arrivent dans la salle de bain, le bébé gazouille en faisant tourner la paille entre ses petites mains potelées. Un court instant, la jeune fille se demande comment la paille a pu atterrir dans la baignoire « J’ai du la laisser dans l’eau» pense t-elle. « Dis-moi Corentin, petit coquin, tu as mis de l’eau partout » dit Maman dans un sourire.

 

Quant à Séraphin, il reprend son souffle assis sur une serviette de toilette moelleuse. Mécontent d’avoir mis de l’eau partout, il se dit que décidément il fait tout de travers ; « pas du tout », lui répond la voix intérieure qu’il connaît bien et qui parle à son petit cœur, « pas du tout,  quelque soit le pouvoir que tu utilises, tu fais toujours de ton mieux pour sauver l’âme de Corentin et nous n’en attendons pas plus.» Sur les douces paroles de l’Archange Gabriel, l’angelot se niche dans le tissu tout doux et se laisse aller à une charmante rêverie un petit sourire accroché aux lèvres.

Tous droits réservés, reproduction interdite.