Si c'est votre première visite, avez vous pensé à lire à vos enfants le Prologue ?

  Souvenirs personnels des bons anges de mes enfants

Amélie, Aurélien, Aloïse et Augustin


S_C_3

 

Séraphin s’amuse vraiment beaucoup depuis que Corentin a reçu un petit train en bois. Il ne cesse de le faire tourner et tourner encore sur le circuit monté par Papa. Plus léger que la plus légère des plumes, le petit ange se perche sur la cheminée de la locomotive, étend grand ses ailes et éclate de rire dans les virages. Seul l’archange qui n’est jamais bien loin de l’angelot débutant peut entendre Séraphin ; Corentin, lui, ne se doute pas un instant qu’il a un petit compagnon de jeu. 

Le petit garçon tourne la tête vers la porte ; il a entendu un drôle de bruit… Curieux comme tous les petits enfants, il abandonne alors locomotive et wagon pour se précipiter dans le couloir. Drgrrrrrdrrrrrrrrgrrrrrrrrrrr … Quel est donc ce bruit ? On dirait … des clochettes ? Non, ce ne sont pas des clochettes. Drgrrrrrrrrrrrrrrrrrrrdrrrrrrrrrrrrgrrrrrrrrr … un hochet peut-être ? Non plus. On dirait que ça roule … ce serait un grelot alors ? Mais Corentin ne voit rien. Il s’avance de son pas encore hésitant et, pour ne pas tomber, il appuie l’une de ses mains sur le mur du couloir. 

Séraphin, qui voudrait bien savoir aussi ce que c’est que ce bruit étrange, a suivi Corentin. Perché sur le lustre du couloir, il observe la scène avec la plus grande attention. L’angelot vient de faire une grande découverte : comme tous les anges gardiens, le petit ange voit à travers les meubles ! Envolé le fauteuil, volatilisé le porte-manteau, le couloir est comme vide à ses yeux. Quant à la commode, on dirait que ce qu’elle contient flotte dans l’air. Séraphin bat des ailes tout excité de sa grande trouvaille. 

Corentin s’est remis à quatre pattes. C’est tout de même plus pratique pour le petit bonhomme ! Le bébé s’approche de la commode. Oh ! mais ce ne serait pas une patte qui dépasse là ? On dirait que … mais oui, c’est Grosmatou ! Le bambin éclate de rire et tend sa petite main potelée vers la queue du chat. Mais Grosmatou ne veut pas jouer avec Corentin. Il s’échappe et laisse tomber de sa gueule le précieux trésor avec lequel il jouait.   Drgrrrrrdrrrrrrrrgrrrrrrrrrrr … fait cette chose bizarre en roulant dans le couloir. 

Séraphin est toujours perché sur le lustre du couloir. De ses ailes, il caresse les pampilles qui frissonnent dans un léger tintement que seul l’ange peut entendre. Son nouveau jeu l’absorbe tellement qu’il ne voit pas que Corentin tient dans sa main un sorte de tube qu’il agite comme un hochet : Drgrrrrrdrrrrrrrrgrrrrrrrrrrr … Drgrrrrrdrrrrrrrrgrrrrrrrrrrr …  C’était donc cela ce bruit ! Comme il est beau ce hochet, se dit le bébé en le portant à la bouche.

Décidément, Corentin s’amuse bien avec sa trouvaille. Il est assis au milieu du couloir et joue à faire tintinabuler le petit tube. Maman n’est pas très loin ; elle écrit un mot à Bonne-Maman. De son côté, Séraphin fait de la balançoire sur l’une des branches du lustre. Gling gling gling font les pampilles … Tiens, un courant d’air se dit Maman … Il n’y a que Grosmatou qui boude dans son coin en observant le bambin qui lui a volé son jeu.

Corentin est très fier. Il est arrivé à ouvrir le tube qui avait été mal fermé. Des petites boules rouges s’en échappent et roulent dans le couloir. Comme elles sont jolies, se dit le bébé ! Comme elles brillent ! Comme elles doivent être bonnes ! Une par une il les ramasse et les tient bien serrées dans ses petites mains.

Patapoum ! Séraphin vient de tomber. L’angelot est assis au milieu du couloir, ses ailes déployées autour de lui. Il est un peu assommé par cette chute brutale qu’il ne comprend pas. Mais comment est-ce possible se demande-t-il ? Je n’aurais pas du tomber … je suis un ange et les anges ne peuvent tomber puisque leurs ailes se déploient toujours à temps … Séraphin est perplexe et comme toujours lorsque quelque chose lui échappe il se frotte le bout du nez. Dans un coin du couloir l’Archange Gabriel regarde l’angelot avec un drôle de sourire…

« Séraphin ! » souffle l’Archange, « Séraphin n’as-tu donc rien à faire ? » Le petit ange regarde Gabriel avec une moue dépitée puis baisse la tête un peu honteux… Du regard, l’archange lui désigne Corentin qui s’apprête à mettre dans sa bouche l’une des drôles de petites boules rouges… Séraphin a beau crier : « Non, Non, Non », le bébé ne l’entend pas … Que faire ? Maman est toujours à son bureau, elle tourne le dos au petit enfant.  Comment pourrait-elle deviner que Corentin a trouvé son tube de médicament ?

« Trouve le bon pouvoir Séraphin », murmure Gabriel, « trouve le bon pouvoir ». Comme tous les anges gardiens débutants Séraphin ne sait pas exactement ce dont il est capable. C’est par hasard qu’il le découvre au fur et à mesure des missions qu’il accomplit. Mais là Séraphin ne trouve rien. Il cherche désespérément mais rien ne vient ; aucune idée, rien. Comment faire ? Il a très peur. Dans quelques instants il sera trop tard ; Corentin aura avalé les boules rouges. Un gros sanglot secoue alors l’angelot et deux grosses larmes roulent sur ces joues rebondies.

Séraphin l’ignore encore, mais les larmes d’ange sont un peu magiques.  Elles résonnent dans le cœur des mamans. Quand un ange gardien pleure, elles entendent comme une voix qui leur dit : « Allez-y vite » …  Tout à coup, Maman s’arrête d’écrire. Quelque chose au fond d’elle a senti les deux grosses larmes de Séraphin. Elle se précipite dans le couloir, retire des mains de son bébé les pilules qu’il tient et le serre fort contre elle en remerciant le ciel d’être arrivée à temps.  Quant à Séraphin, il se niche dans les bras de l’archange pour se faire consoler de son gros chagrin.

Tous droits réservés, reproduction interdite.